UltraTrail D’Angkor

Download PDF

2016, nous passons Chris et moi une nouvelle dizaine (la quarantaine) , l’idée d’un voyage nous trottait dans la tête depuis de nombreuses années…
Après recherches, nous trouvons un concept intéressant de Séjour / Visites / courses Après plusieurs comparaisons, l‘ultraitrail d’Angkor nous semble le plus pertinent pour notre voyage, il regroupe les visites de temples magnifiques, une course accessible pour Chris et pour moi.

RSTF7027

UltraTrail D’Angkor

Vendredi 6h30 … Le réveil sonne, non pas pour la course mais pour aller visiter LE temple d’Angkor ! La course part à 22h, j’espère me reposer dans l’après-midi (finalement non).

Je me prépare un thé avec l’eau du robinet, la bouilloire et le thé de l’hôtel.

20h, le bus nous attend, j’ai réussi à décider Laurent pour qu’il fasse le 128k. Nous descendons donc rejoindre tous les participants à l’ultra. Christophe Lesaux et Antoine Guillon sont déjà devant l’entrée. Ils font une séance photos pour ceux qui le désirent.

Le bus part sous les acclamations de Chris et des autres participants au voyage dont nous avons fait la connaissance pendant la semaine de visite.

Nous arrivons à la Terrasse des éléphants rapidement, la nuit est noire, très noire ! Nous posons le sac que nous pourrons prendre au 64ème demain (matin j’espère 😉 ) avec un petit numéro (le mien est identique à mon dossard, marrant 😉 )

Briefing, conseils et compte à rebours devant la ligne de départ.

Gooooooooo ! C’est parti pour au moins 20h de course !

Noir c’est noir !

La course commence tranquillement sur la route. Je reste avec Laurent pour le départ, on rejoint un Français et on fait quelques kilomètres ensemble. Nous croisons les temples visités en début de semaine, allumés par nos frontales. La nuit est très noire, c’est dommage, nous ne profiterons pas du paysage.

Des débuts difficiles

Je commence à manger et boire au bout d’une petite heure. Et là, c’est la nausée, j’essaye d’assurer le coup, mais au bout de quelques kilomètres, je vomis ce que je viens d’avaler :-/

Le premier ravito arrive, je ne suis pas très en forme, ni la nourriture ni le thé ne passe. Après le 30ème  kilomètre, une concurrente me double et me lance un “tu devrais abandonner, c’est dangereux, ça fait au moins 3 fois qu tu est malade !”. Mais, depuis plusieurs kilomètres, je suis en train de réfléchir à la cause des vomissements. Finalement, assez confiant sur la résolution du problème, je lui réponds que ça devrait bientôt mieux aller!

A force de tests, je me rends compte que je suis malade 5/10 minutes après avoir bu le thé du Camelback. J’évite donc de boire cette eau et je prends mes flasques d’eau pure jusqu’au ravito suivant. Voilà, j’ai trouvé la solution ! Ravito du 48ème, je vide mon Cameback, le rince un peu et le remplis avec de l’eau en bouteille. Laurent m’a attendu un peu mais commence à partir voyant que je vais mieux. Enfin mieux, je ne suis pas non plus à 15 km/h 😉

Un nouveau départ

Au 54ème km environ, après plus de 8h30 de course, je vais bien, j’ai même la frite ! Je rattrape Laurent et commence à accélérer, lui est en phase descendante, je l’attendrais au 64ème !

Je cours, je cours, je reconnais la Terrasse aux éléphants au loin,  je croise Sylvie qui repart sur la deuxième boucle. Enfin, je passe sur le coté de l’arche d’arrivée… et oui, je n’en suis qu’à la moitié ! Mais je suis content, 10h21 pour faire les premiers 64 km avec les pauses, c’est cool ! J’envoies un sms à Chris, qui est sur son 16 km ,et même un sms à Elsa qui ne peut pas me suivre depuis la France !

Et là, surprise, Laurent est déjà là! Il pensait que j’étais déjà reparti mais ne s’attendait pas à être devant moi ! Il est là depuis une grosse demi heure. Nous essayons de trouver une explication. A priori j’ai du rallonger mon parcours de 5km! C’est pour ça que j’ai mal aux jambes 😀

La pause s’impose

Laurent repart et moi, je vais prendre une petite pause, au menu :

  • 2 soupes délicieuses
  • 1 douche à l’Evian
    (avec un petit malaise d’utiliser de l’eau en bouteille pour ça 🙁 )
  • 1 changement de t-shirt/ slip / chaussettes
    (que c’est agréable … inutile je pense mais agréable)
  • et surtout un massage !

Bilan, je repars au bout d’une heure et demi !!!
Juste avant le massage, Odyle notre doyenne arrive de sa première boucle.

C’est reparti !

Le redémarrage est dur, les jambes sont lourdes, il fait chaud, le soleil commence a taper fort ! Mais maintenant, je vais pouvoir voir du paysage 😉

Un petit air de MDS

Le début s’annonce cool, nous repartons des terrasses, protégés par les arbres puis nous sortons à découvert … Et là, la température grimpe … Nous entrons dans un parc avec plusieurs écluses, c’est agréable de passer dans la forêt, une impression de fraîcheur m’envahit … (Il fait quand même 34°C d’après ma Polar ! ). Je croise des affichettes avec la description des singes qui vivent dans ces arbres… Je n’en verrais aucun curieusement (l’odeur peut être 😉 ). Nous arrivons dans un parc d’écluses qui me semble sympa et agréable… au début! Mais, nous nous retrouvons rapidement en plein cagnard sans la moindre ombre en vue ! Je trottine régulièrement pour sentir un peu de “vent frais”. Je m’arrête pour manger mes bananes à l’ombre d’un arbuste puis je repars.

Là, le sol se transforme petit à petit  en sol mou et brûlant (souvenir du Mds) 😉
Je m’accroupis sous un arbuste pour manger et boire, deux concurrents me rattrapent et s’inquiètent de ma position peu orthodoxe 😉 Je les rassure et ils repartent. Je les suis de quelques dizaines minutes et je finis par les rattraper sur un chemin sablonneux. L’un d’entre eux semble bien souffrir, je reste avec lui pour le remonter, son pote part en éclaireur, le ravito ne doit pas être loin.

Ca n’en finit pas mais je sens que nous nous rapprochons… Effectivement, quelques minutes après, nous rejoignons le ravito et son pote. Je m’assois et je vois arriver une coco entière !
Merci à ce concurrent très sympa 😉

Jusqu’au temple construit sur la montagne, ce ne sera que des lignes droites sous le soleil écrasant, avec beaucoup de concurrents exténués !

Je me fais du fractionné pendant au moins 5 km! J’accélère au soleil et je ralentis dans les zones ombragées.

Enfin je vois la montée au temple! Cool une grimpette 😉
Au début de la montée, je croise de nouveau mes “potes de la coco” qui sont redescendus et qui boivent un coca sur un stand. Je me pose et m’en prends un ! Bon, c’est un Coca Cambodgien, ça ne me fera pas du bien au bide…
Là, le fils de la gardienne du temple me parle avec un anglais parfait et me demande si je cours un marathon, j’essaye de lui expliquer que oui je fais en gros 3 marathons à la suite !
Je repars car une montée de 300 m m’attend, j’ai hâte (si!si! ). Avant les escaliers, je croise Laurent qui redescend, on discute 5 minutes et je repars, je fais la montée d’un trait, puis le tour du petit temple, et je redescends à mon tour. Le ravito est juste en bas, une bonne soupe et des bananes bien entendu! Les bénévoles locaux sont géniaux, je m’attarde à discuter avec eux, ils sont vraiment top. Ils nous prennent pour des fous mais je  les comprends 😉

Jungle Trail 32km

Je suis au départ du Jungle Trail 32km, voilà, j’ai fait le plus dur, ça devrait aller maintenant !
Tout se passe bien maintenant, nous sommes sur des chemins durs en terre, puis sur la route avec quelques montées. La nuit tombe doucement, je remets ma frontale et je cours sur les grandes lignes droites. A un moment, je croise un policier, sur sa mobylette, qui me fait de grands signes ! J’ai loupé un embranchement ! Ouf, il me ramène sur le parcours.

Hallucinations

Ma frontale n’éclaire plus, mais je ne m’en rends compte qu’au moment où un bénévole me propose de le suivre pour pas que je me perde. Du coup, je ne réfléchis plus et je le suis .
A  un moment, je croise la femme qui me disait d’abandonner la veille, elle est couchée par terre avec une asiatique, elles dorment.. Je m’approche et les réveillent: “Debout, il faut repartir sinon c’est fini pour vous ! Profitez, suivez moi !”  Sans réponse, elles se lèvent et repartent, elles me suivent  un moment mais n’arrivent pas à aller aussi vite que moi.

Il fait nuit, la fatigue, la jungle, j’ai de petites hallucinations…
Tiens, un coq! Tiens un gnome! P…tain mais c’est un croco là ??
Ah non, ce sont 2 branches, ou des feuilles ou des balisages de l’orga.

Perdu dans le temple

j’arrive au abord d’un temple… Plus de balisage (je ne le vois pas en fait, ma lampe est HS).. Je cherche 10 minutes, je tourne en rond… J’envoie un sms à Chris pour lui dire que je suis égaré dans un temple. Je ne dois pas être loin mais je ne retrouve pas de balisage… 10 minutes encore se passe et enfin je trouve le balisage ! Je fais le tour du temple … et je me retrouve d’où je suis parti ! Je reprends le chemin à l’envers et je croise 2 participants qui me montre où nous devons passer sur la carte du téléphone… (j’ai moi aussi le plan sur le tel mais pfff je n’ai pas pensé à le consulter ! ). Ils me montrent la direction, l’un deux me prête même sa frontale et repartent. Le temps de mettre la frontale, envoyer un sms à Chris pour la rassurer, je repars. Je vois mes 2 compagnons plus loin sur les lignes droites. Je trottine avec une impression de vitesse.. Je regarde ma montre … 7.5 km/h … Je me mets en marche nordique … Je regarde ma montre … 7 km/h … Bon je vais finir en marche nordique 😉

C’est la fin

Je vois arriver au loin 3 quads de l’organisation, Chris a fini par les décider à aller voir si tout  allait bien. Je finis par rattraper mes deux compagnons et je les double  finalement. Panneau 3 km … J’accélère (enfin j’ai l’impression 😉 ) … Panneau 2 km … Je sens la joie m’envahir …. Panneau 1km … ça sent la fin !! Voilà l’arche d’arrivée, je vois Laurent et Chris qui m’attendent, je passe la ligne d’arrivée après 25h et 50 minutes de course et au moins un régime de bananes 😉

Si vous voulez revivre mon aventure grâce à Polar :
https://flow.polar.com/training/relive/1058990923

Visitez ma galerie 500px sur notre voyage !

https://www.500px.com/sbfotos/galleries/cambodge