Archives de l’auteur : Stéphane Brette

Ultra01-XT – Mon premier 100 miles !

Download PDF

Déjà une semaine que l’Ultra01 est passé !

La préparation

On est arrivé la veille dans un petit hôtel simple mais agréable pour une bonne nuit.

Gros petit déjeuner le matin avec plein de bonnes choses légères 😀

Récupération du dossard avec visite des petits stands : essais de Life+ sur mon TFL droit et renseignement sur une théière gravée.

Nous partons trouver un restaurant dans la ville : un resto de pâtes sera parfait !

L’après-midi se passe entre des averses d’orage et des micro-siestes dans la voiture. La pression monte petit à petit !

Après un débriefing de l’orga et de Xavier, nous nous rendons sur la ligne de départ. Je suis très stressé, c’est mon premier 100 miles.

C’est parti !

Ça y est, je pars. J’ai mal aux muscles au niveau du haut des cuisses, ça commence bien !

Les premiers 23 km sont magnifiques avec une arrivée sur le lac de Nantua, où je sais que julien, mon pacer n°1, me récupère. La ligne droite à plat est un calvaire, j’ai vraiment mal aux muscles. Je vois Chris, Steph et Julien qui m’attendent au ravito. Je mange rapidement et je prends un anti-inflammatoire pour mes jambes (je ne le fais jamais en temps normal, mais là j’en ai besoin, j’espère que ça va passer). Et on repart avec Julien.

Les pacers c’est cool ! Julien me permet de maintenir le rythme et de relancer là où je ne l’aurais pas forcément fait .

La nuit arrive et nous avançons tranquillement, Julien est à l’aise (plus que moien tout cas). Ça me permet de maintenir le rythme. Deuxième ravito (44 ieme km), j’ai envie d’une soupe mais il n’y en a plus, mes jambes sont toujours lourdes mais je les sens moins. Tant mieux !

Je sais que le ravitaillement suivant est la base de vie, je pourrais me changer 😀 

Première base de vie

Nous arrivons à Hauteville, Julien court aux WC, moi je prends mon package et avant de me changer, je me fais masser. Quel bonheur… Julien hallucine !

Il trépigne, il trépigne 😉 50 minutes se passent et nous repartons, je n’ai plus qu’une petite douleur au mollet gauche. 

Avant les Plans d’Hotonne, nous montons droit dans le pentu, je garde mon rythme sans trop ralentir, mais il commence à faire froid. Arrivés en haut, je me repose un peu, Julien m’attend et on repart rapidement. Mais,  je me sens mal, envie de vomir, impossible de trottiner, je mets mon coupe-vent et mange une pâte de fruits. Ça commence à repartir.

Nous arrivons au ravito ; Chris et Stéphanie sont là, je prends 2 soupes, plusieurs pâtes de fruits et un café 😉

Nous avons 1h30 d’avance sur la barrière horaire.

Stéphanie repart avec nous, je me retrouve avec non pas un pacer, mais 2 pacers, c’est cool ! Le temps est chaud mais couvert, on est bien !

Julien profite du fait que Stéphanie reste avec moi pour accélérer dans les montées ;-)

Nous voyons le ravito, il faut faire le tour d’un petit lac, je n’ai qu’une envie, c’est de plonger au milieu 😉

Elsa et Chris sont là. Pour le moment, tout va mieux 😉 On est au 102 ieme km, j’ai confiance, ça va le faire, j’ai le temps !

(Première fois que ça m’arrive ! )

Julien finit son pacing ici. Je repars avec Stéphanie jusqu’à la prochaine base de vie !

Je me vois déjà prendre une douche et dormir 😀 

Je commence à être fatigué, dur dur la montée elle n’en finit plus ! Je commence même à m’endormir sur mes bâtons. Je n’en peux plus. Hâte d’être au ravito…

En haut de la côte, Steph me dit  » il reste 3 km, j’ai dit à Julien qu’on arrivait dans 1h ».

« Euh 1h, 3km ? Ça descend ? » 
« Oui sur les 3 km pratiquement »
« OK, on court alors, j’en ai marre … »

J’essaye de trottiner, mais je suis bien rouillé. Et petit à petit, je prends de la vitesse. Nous faisons une pointe à 12/13 km/h 🙂

Deuxième base de vie

Dans le village, Chris, Elsa et Julien sont au bar. Je passe pour aller au ravito, j’ai très sommeil. Elsa me dit soit de prendre la douche soit de dormir mais pas les deux … Gnagnagnagna !!

J’opte pour une douche et un massage. Mais pas de kiné sur la base, donc pas de massage 🙁

Après avoir mangé et bu mon café, je repars pour les 18 km jusqu’au prochain ravito avec Elsa et Stéphanie.

Cette partie est très facile mais je m’endors debout. J’arrive à relancer grâce aux filles mais dès que je monte, je n’ai plus de jus. Les derniers kilomètres, mes yeux se ferment en marchant. J’ai hâte d’arriver au ravito !

Enfin le ravito arrive, je mange, je bois mes soupes et j’essaye de trouver une solution pour dormir, il faut que je dorme !

J’ai 4 h d’avance sur la barrière horaire, j’ai largement le temps. Un bénévole me prête son sac de couchage et me voila les pieds en l’air pour dormir 20 minutes. Après ce sommeil réparateur, je repars avec Elsa. Les premiers Km passent bien, j’ai la pêche ! Nous passons à côté de plusieurs précipices, je dis à Elsa « heureusement que je ne m’endors pas comme tout à l’heure ! « …

Et là, les derniers 10km … J’avais vu les petits pics sur le gpx …. Mais je ne m’attendais pas à ça !

Nous nous retrouvons face à des murs de plusieurs centaines de mètres avec des descentes abruptes mais courtes à chaque fois, je me dis c’est bon, c’est la descente sur Oyonnax ! Et nous, on repart en montée ! Elsa arrive à me motiver mais je m’endors sur mes bâtons en marchant !

C’est le bruit du bâton qui ripe sur les cailloux qui me réveille ! À un moment, je m’assois et je m’endors quasiment instantanément ! Elsa a pris peur d’ailleurs !

Enfin la descente arrive en même temps que le lever du jour, je me réveille petit à petit mais la descente est tellement abrupte et caillouteuse que l’on marche tous !

Arrivés sur le bitume, Elsa me demande si je peux trottiner : mes jambes disent non, mon cerveau dit non mais je tente quand même !

7km/h, 8 km/h j’augmente ma vitesse petit à petit. Je vois 2 concurrents au loin qui m’entendent arriver en courant. Ils tentent de repartir mais ils restent scotchés. Je les double et j’imagine l’arrivée a quelques centaines de mètres …. Enfin !

Je passe la ligne d’arrivée après 35h52 ! Je tape la cloche et je vois arriver Chris et Stéphanie !

I dit it !

C’était très dur,  mais mes pacers m’ont énormément aidé ! J’espère que la course gardera cette option géniale et originale !

Je n’ai pas eu de coup de mou mental comme sur mes autres ultras !

Merci à Chris, Julien, Stéphanie et Elsa !

IamRunBox

Download PDF

Connaissez-vous IamRunBox ?
Moi, depuis peu ! J’ai vu que notre UltraOrdinaire international l’utilisait pour aller au taf et qu’il était ambassadeur.
Ayant beaucoup d’entraînements pour l’ultra01Xt de fin juin et comme je n’avais pas de sac vraiment adapté pour le trajet domicile/bureau en courant, j’ai demandé à la marque si je pouvais devenir moi aussi ambassadeur #IamRunBox.

Sandra, du service Clientèle m’a rapidement répondu par l’affirmative, et après quelques échanges de mail, m’a envoyé un sac. Que dis-je, le sac backpack-pro!

Je ne parlerais pas des soucis de livraison de La poste, ça s’est finalement arrangé.

Je sors donc le sac du carton. Il me semble petit, compact mais très bien fini !
Je le compare instinctivement à mon sac WAA du Marathon des Sables. C’est certain, il est bien plus petit de 10 l.

Premier test

Donc première sortie d’entrainement avec ce sac :

Je n’ai pas réussi à faire tenir tout ce que je voulais: repas, change, serviette, gilet, boitier lunettes et chaussures de taf. Mais, j’ai pratiquement tout mis (sauf la serviette que j’ai laissée la veille au bureau).
Je teste le sac lors d’une sortie au Seuil 2 préparée par Elsa :
« 10 minutes d’échauffement, effectuer 5 séries de 6 minutes au seuil 2 (150/166 bpm) entrecoupées de 2 minutes de récupération active partielle à à 50 – 60 % de ta VMA.« 

Quand je mets le sac sur le dos, je le trouve un peu raide, il m’oblige à avoir les épaules bien en arrière. Mais, Je trouve ça plutôt bien, ça corrige ma posture !
Les sangles de maintien sont efficaces, les poches latérales suffisamment grandes pour faire tenir mon smartphone, un petit gel douche et des barres de céréales.
Je pars tranquillement sur le plat et le sac se fait rapidement oublier !
Il ne bouge absolument pas, même dans mes accélérations en descente pour maintenir les 85% de VMA !
A l’arrivée à Probtp, je découvre ma chemise et mon pantalon nickel, ils n’ont absolument pas bougé ! Je suis impressionné.

Sortie sur strava

Deuxième test

Cette fois, la sortie Cap2Taf sera plus cool, ce n’est qu’une sortie en effort fondamental. Mais, je pars pour un peu plus de kilomètres.
Le début reste le même que pour mon premier test. La fin diffère avec l’ajout d’une partie « trail » avec de jolis passages en sous-bois et de belles descentes et montées.
Cette fois, j’ai mis mes chaussures de rechange à l’extérieur du sac dans un filet tenu par les élastiques externes. Mais, en optimisant le sac, j’ai pu mettre mon repas du midi, mes cartes Magics du midi (:-D), mes changes, et ma serviette ! Tout est rentré nickel.
Cette fois, j’ai fait tenir mon boitier à lunettes dans la poche latérale sans qu’il ne me gène de toute la sortie.
Comme la première fois, rien n’a bougé. Les chaussures à l’extérieur ne m’ont pas gêné et sont bien restées calées sur le sac.

2 ieme et 3ieme sortie sur strava.

Conclusion

Ce sac est vraiment bien. Tout est bien calé, les compartiments sont pratiques et il ne bouge absolument pas. Je l’utilise régulièrement sur mes cap2taf mais aussi comme sac de tous les jours. Il est agréable, léger et compact !
Pour ceux/celle qui le souhaite, vous pouvez avoir 15% avec le code Stephane15

Week-End Choc 2018 — Mont Ventoux — J3

Download PDF

Troisième jour du Week-End Choc 2018 au mont Ventoux

Jour 3: Le Mont Ventoux…

Troisième jour pour moi et premier pour Fred qui me rejoint le matin au gite.

 

Cette dernière sortie ne sera pas la plus passionnante, ni la plus jolie, mais elle aura le mérite de nous offrir un point de vue à 360 très sympa.

Montée au sommet:

Fred et moi, nous empruntons pratiquement le même tracé que les VTTistes. Nous faisons justes des coupes franches si l’occasion se présente 😉
C’est comme ça que nous arrivons à récupérer les vélos au croisement du sentier 😉

Ça monte longtemps mais régulièrement, du coup, nous pouvons trottiner pratiquement tout le long, c’est agréable ! En plus, nous restons avec les vélos, nous sommes à peu près à la même vitesse.

 

Nous arrivons à un col et le profil devient descendant. Les vttistes prennent leur allures et nous attendrons pour manger un peu plus loin. La piste n’est pas très inintéressante, mais elle descend doucement, du coup on avance régulièrement. Fred a plus la patate que moi mais reste avec moi.

Ça y est, on rejoint les autres… et enfin on mange 😉

Descente vers la libération:

Après le déjeuner, j’ai besoin/envie de boire une boisson gazeuse, pendant que les vttistes repartent, je me prends un Perrier et un Schweppes agrumes. Que c’est agréable !

Finalement, les autres sont juste à côté, ils ont rencontré un guide qui a ouvert un tracé VTT plus sympa que ce qu’on a prévu, du coup changement d’itinéraire !

Effectivement, le single est très très sympa, ça fait oublier la pistasse en montée ! Un mélange de pierre, de matelas de feuilles nous amène à une vielle route qui rejoint un point culminant en face du mont Ventoux :-).

 

Il ne reste plus que quelques kilomètres de descente pour rejoindre les voitures qui nous attendent depuis samedi matin. 

Première descente:

La première descente est abrupte et caillouteuse, je descends à fond ! Je laisse passer les vttistes quand ils me rattrapent. Mais je sens mon cœur vraiment très haut, je pense qu’il faut que je ralentisse… J’ai quand même plus de 90 km dans les pattes depuis samedi !

Je ralentis en attendant Fred et la JO (Jolie-Organisatrice : Anne-Françoise 😉 ).

Descente dans les arbres :

Changement de décor, le sentier devient moins caillouteux et plus régulier, nous descendons très rapidement, c’est vraiment agréable ! Yonnel me rattrape en vélo, et me filme quelques minutes, c’est sympa !

Je m’éclate vraiment dans cette descente, c’est vraiment top ! Je rejoins les premiers Vttistes qui font une pause pour attendre le groupe. Il commence à pleuvoir. Laurent et AF (Anne-Françoise) n’arrivent pas (Laurent a des problèmes de roue qui se dégonflent). Avec Fred, nous décidons de continuer, de toutes façon, ils nous rattraperont. Je décide de rester derrière Fred pour calmer l’allure et ne pas me faire mal sur les derniers km.

 

Le sentier se transforme en piste, la pluie se renforce, la piste se transforme en ruisseau… Mais nous voyons les premières maisons qui nous indiquent l’arrivée proche.

Sur la piste, je vois un morceau de tissu qui m’attire l’œil… C’est un protège-pluie Nike !, Pour une fois que ce n’est pas moi qui ai perdu un truc ;-).

Bon, nous voilà arrivés. Les vttistes arrivent après quelques minutes. Petit changement de vêtements et direction le bar pour un petit « remontant » !

Voilà, donc un super WE au Mont Ventoux !

Relive ‘Mont ventoux- j3’