Archives de catégorie : Trails

Sorties en préparation au MDS — Trails

Ultra01-XT – Mon premier 100 miles !

Download PDF

Déjà une semaine que l’Ultra01 est passé !

La préparation

On est arrivé la veille dans un petit hôtel simple mais agréable pour une bonne nuit.

Gros petit déjeuner le matin avec plein de bonnes choses légères 😀

Récupération du dossard avec visite des petits stands : essais de Life+ sur mon TFL droit et renseignement sur une théière gravée.

Nous partons trouver un restaurant dans la ville : un resto de pâtes sera parfait !

L’après-midi se passe entre des averses d’orage et des micro-siestes dans la voiture. La pression monte petit à petit !

Après un débriefing de l’orga et de Xavier, nous nous rendons sur la ligne de départ. Je suis très stressé, c’est mon premier 100 miles.

C’est parti !

Ça y est, je pars. J’ai mal aux muscles au niveau du haut des cuisses, ça commence bien !

Les premiers 23 km sont magnifiques avec une arrivée sur le lac de Nantua, où je sais que julien, mon pacer n°1, me récupère. La ligne droite à plat est un calvaire, j’ai vraiment mal aux muscles. Je vois Chris, Steph et Julien qui m’attendent au ravito. Je mange rapidement et je prends un anti-inflammatoire pour mes jambes (je ne le fais jamais en temps normal, mais là j’en ai besoin, j’espère que ça va passer). Et on repart avec Julien.

Les pacers c’est cool ! Julien me permet de maintenir le rythme et de relancer là où je ne l’aurais pas forcément fait .

La nuit arrive et nous avançons tranquillement, Julien est à l’aise (plus que moien tout cas). Ça me permet de maintenir le rythme. Deuxième ravito (44 ieme km), j’ai envie d’une soupe mais il n’y en a plus, mes jambes sont toujours lourdes mais je les sens moins. Tant mieux !

Je sais que le ravitaillement suivant est la base de vie, je pourrais me changer 😀 

Première base de vie

Nous arrivons à Hauteville, Julien court aux WC, moi je prends mon package et avant de me changer, je me fais masser. Quel bonheur… Julien hallucine !

Il trépigne, il trépigne 😉 50 minutes se passent et nous repartons, je n’ai plus qu’une petite douleur au mollet gauche. 

Avant les Plans d’Hotonne, nous montons droit dans le pentu, je garde mon rythme sans trop ralentir, mais il commence à faire froid. Arrivés en haut, je me repose un peu, Julien m’attend et on repart rapidement. Mais,  je me sens mal, envie de vomir, impossible de trottiner, je mets mon coupe-vent et mange une pâte de fruits. Ça commence à repartir.

Nous arrivons au ravito ; Chris et Stéphanie sont là, je prends 2 soupes, plusieurs pâtes de fruits et un café 😉

Nous avons 1h30 d’avance sur la barrière horaire.

Stéphanie repart avec nous, je me retrouve avec non pas un pacer, mais 2 pacers, c’est cool ! Le temps est chaud mais couvert, on est bien !

Julien profite du fait que Stéphanie reste avec moi pour accélérer dans les montées ;-)

Nous voyons le ravito, il faut faire le tour d’un petit lac, je n’ai qu’une envie, c’est de plonger au milieu 😉

Elsa et Chris sont là. Pour le moment, tout va mieux 😉 On est au 102 ieme km, j’ai confiance, ça va le faire, j’ai le temps !

(Première fois que ça m’arrive ! )

Julien finit son pacing ici. Je repars avec Stéphanie jusqu’à la prochaine base de vie !

Je me vois déjà prendre une douche et dormir 😀 

Je commence à être fatigué, dur dur la montée elle n’en finit plus ! Je commence même à m’endormir sur mes bâtons. Je n’en peux plus. Hâte d’être au ravito…

En haut de la côte, Steph me dit  » il reste 3 km, j’ai dit à Julien qu’on arrivait dans 1h ».

« Euh 1h, 3km ? Ça descend ? » 
« Oui sur les 3 km pratiquement »
« OK, on court alors, j’en ai marre … »

J’essaye de trottiner, mais je suis bien rouillé. Et petit à petit, je prends de la vitesse. Nous faisons une pointe à 12/13 km/h 🙂

Deuxième base de vie

Dans le village, Chris, Elsa et Julien sont au bar. Je passe pour aller au ravito, j’ai très sommeil. Elsa me dit soit de prendre la douche soit de dormir mais pas les deux … Gnagnagnagna !!

J’opte pour une douche et un massage. Mais pas de kiné sur la base, donc pas de massage 🙁

Après avoir mangé et bu mon café, je repars pour les 18 km jusqu’au prochain ravito avec Elsa et Stéphanie.

Cette partie est très facile mais je m’endors debout. J’arrive à relancer grâce aux filles mais dès que je monte, je n’ai plus de jus. Les derniers kilomètres, mes yeux se ferment en marchant. J’ai hâte d’arriver au ravito !

Enfin le ravito arrive, je mange, je bois mes soupes et j’essaye de trouver une solution pour dormir, il faut que je dorme !

J’ai 4 h d’avance sur la barrière horaire, j’ai largement le temps. Un bénévole me prête son sac de couchage et me voila les pieds en l’air pour dormir 20 minutes. Après ce sommeil réparateur, je repars avec Elsa. Les premiers Km passent bien, j’ai la pêche ! Nous passons à côté de plusieurs précipices, je dis à Elsa « heureusement que je ne m’endors pas comme tout à l’heure ! « …

Et là, les derniers 10km … J’avais vu les petits pics sur le gpx …. Mais je ne m’attendais pas à ça !

Nous nous retrouvons face à des murs de plusieurs centaines de mètres avec des descentes abruptes mais courtes à chaque fois, je me dis c’est bon, c’est la descente sur Oyonnax ! Et nous, on repart en montée ! Elsa arrive à me motiver mais je m’endors sur mes bâtons en marchant !

C’est le bruit du bâton qui ripe sur les cailloux qui me réveille ! À un moment, je m’assois et je m’endors quasiment instantanément ! Elsa a pris peur d’ailleurs !

Enfin la descente arrive en même temps que le lever du jour, je me réveille petit à petit mais la descente est tellement abrupte et caillouteuse que l’on marche tous !

Arrivés sur le bitume, Elsa me demande si je peux trottiner : mes jambes disent non, mon cerveau dit non mais je tente quand même !

7km/h, 8 km/h j’augmente ma vitesse petit à petit. Je vois 2 concurrents au loin qui m’entendent arriver en courant. Ils tentent de repartir mais ils restent scotchés. Je les double et j’imagine l’arrivée a quelques centaines de mètres …. Enfin !

Je passe la ligne d’arrivée après 35h52 ! Je tape la cloche et je vois arriver Chris et Stéphanie !

I dit it !

C’était très dur,  mais mes pacers m’ont énormément aidé ! J’espère que la course gardera cette option géniale et originale !

Je n’ai pas eu de coup de mou mental comme sur mes autres ultras !

Merci à Chris, Julien, Stéphanie et Elsa !

Week-End Choc 2018 — Mont Ventoux — J2

Download PDF

20180520_102917

Deuxième jour du Week-End Choc 2018 au mont Ventoux

Jour 2: Les dentelles …

Deuxième jour pour moi et dernier pour Alain et Nico.
Suivant mon état, je partirai direction Bédouin ou j’accompagnerai Alain et Nico vers le gite.

Départ et sanglier :

Cette fois, j’ai légèrement modifié le tracé pour éviter la route empruntée par les Vttistes. Nous commençons par un mix de petites routes goudronnées et de sentiers pour longer une petite falaise … Enfin en théorie ! Mais en pratique, nous nous retrouvons à débroussailler un « sentier » façon sanglier ! Après quelques centaines de mètres dans les broussailles, je sors la carte sur mon tel et on se rend compte que le chemin est … au dessus de nous … sur la falaise !
Nous arrivons à remonter pour profiter du paysage et d’un passage en crête ma-gni-fique !
Heureusement que c’est au début du parcours, je me serais fait ..pourrir par mes copains de rando… 🙂

 

Nous voyons au loin les Dentelles de Montmirail, dire que dans quelques heures nous y serons 😉
Il fait chaud, très chaud, mais le spectacle est encore magnifique, nous jouons avec les dentelles, c’est agréable ! L’heure du repas approche, va falloir retrouver nos amis Vttistes qui ont pris nos sandwichs ce matin à la boulangerie.
Nous arrivons au col du Cayron.
Alain demande à une marcheuse qui arrive en face s’il y a un moyen de trouver de l’eau pas très loin. Elle nous répond : « Il y a un hôtel plus bas! » Nous trottinons, nous trottinons … Mais à la place de l’hôtel, un caveau … fermé entre midi et deux … Impossible de recharger nos gourdes  :-(. Les vttistes arrivent au col du Cayron et nous attendent pour manger. Entre-temps, Nico a trouver une fontaine salutaire  !

Après nous être rafraîchis et avoir rechargé nos flasques et autres poches d’eau, nous rejoignons nos amis qui nous donnent nos sandwichs (et je coupe en échange mon carrot’ cake).

C’est agréable de manger tous ensemble !

Dans les dentelles …

Montée Verticale :

Après le repas, nous coupons mon tracé pour remonter directement dans les dentelles, la montée est rude mais rapide. Arrivés la haut, nous en prenons plein les yeux car la vue est juste époustouflante, magnifique !

Après quelques photos, on reprend la trajectoire prévue à l’origine et on part sur les dentelles d’en face. On les aura vu dans tous les sens ces dentelles 😉

Descente dantesque :

La descente est monstrueuse, caillouteuse, abrupte mais nous arrivons à trottiner tout du long. Les marcheurs, sympas, nous laissent passer en se poussant sur les bords.

Nous dépassons plusieurs familles …
Un petit nous demande :« Mais comment vous faites pour pas tomber ? »
Alain: « on n’y pense pas ! 😉 »
Le petit garçon dit à son père: « ils vont tellement vite que les cailloux n’ont pas le temps de glisser : »
(c’est Nico qui était derrière nous qui nous a rapporté les paroles 😉 ).

Nous tombons sur la piste que les vttistes doivent emprunter, nous la suivons un peu et remontons sur l’autre flanc de la montagne. La vue sur les grandes dentelles est magnifique.

La rando-course continue sans encombre avec une vue magnifique. Nico suis facilement, quand à moi, je commence à hésiter à finir directement avec Alain et Nico ou à continuer pour aller au gite suivant directement. Je suis fatigué mais je pense que ça peut passer. Le sentier monotrace entre Lafarre et Le Barroux est très sympa. A Le Barroux, nous trouvons une fontaine d’eau bienfaitrice 😉 : le bonheur tout simplement !

Nous arrivons au croisement des traces, je me décide à finir avec mes deux compères, je ne sais pas où sont les vttistes, je préfère assurer mes arrières.

Nous finissons sur la route en trottimarchant. La montée aux chambres d’hôtes est plus difficile que la veille 😉
Le propriétaire nous autorise gentiment à prendre une douche dans une des chambres que l’on avait occupée la veille.
Une fois débarbouillés, nous prenons la voiture pour rejoindre les autres au gite !

Relive ‘Mont ventoux.- j2’

(Si vous avez loupé le J1 😉 )

Week-End Choc 2018 — Mont Ventoux — J1

Download PDF

Comme tous les ans, depuis maintenant 5 ans, nous faisons un Week-End VTT de trois jours. Depuis quelques années aussi, je les fais en courant (mon « Week-End Choc ») . Voici un résumé de la cuvée 2018 !

Week-End Choc 2018 — Mont Ventoux:

Donc, nous avions prévu 3 jours pour tous les Vttistes et moi, et 2 jours de rando-course pour Alain et Nico, puis un jour de Rando-course pour Fréd. 
Nous sommes partis Vendredi soir à trois voitures direction Malaucène pour la maison d’hôtes.
Le voyage s’est déroulé dans la bonne humeur en écoutant des vieux tubes des années 90 et en wattsappant tout ça sur le groupe du Week-End… Nous en avons loupé la sortie … Petit détour de 20 km et arrivé directement … au resto 🙂

Vue de la maison d’hôtes

Vue de la maison d’hôtes

Jour 1 celui qu’on retient …

Ce jour est particulier, nous partons de la maison d’hôtes en … voiture pour les poser à Savoillan … pour retourner au gîte … en courant/roulant ! Alain laisse sa voiture à l’arrivée pour repartir Dimanche soir.

10h: Enfin le départ, Alain, Nico et moi, on décolle tranquillement pendant que les Vttistes finissent de se préparer.

On marche/trottine tranquillement en montées, on court sur le plat et la descente.  De temps en temps, on aperçoit les VTT dans les descentes au loin. Mais, ils ne nous rattrapent pas, les montées ne sont pas assez roulantes. on déroule jusqu’à  Saint-léger-du-ventoux

On contacte les Vttistes, ils ne sont plus très loin. On commence la montée pour trouver un coin sympa pour le pique-nique. Le sentier se transforme en « pistasse » pas très jolie dans une foret pas très jolie non plus … Après quelques arrêts « tentative pique-nique », on voit arriver les Vttistes et on continue l’ascension ensemble jusqu’à un large tournant où tout le monde décide de se poser pour manger. 
Je sors mon Carrot cake, que tout le monde finit avec plaisir, de mon côté, j’avale mon sandwich et mes 60 g de poulet séché maison… Je mange tout …

Jour 1 Apres-midi ..

Et on repart … mais je me sens lourd et la digestion semble ne pas être très correcte … Je n’aurais pas dû manger les 60 g de poulet d’un coup … Les protéines sont dures à digérer ! Laurent me double en vtt et me lance un  » ‘on va entendre le brâme du Brette ! »
Je prends quelques morceaux de gingembre (mon remède magique).
« Note pour plus tard: ne pas manger le poulet séché d’un coup, il vaux mieux le dispatcher sur la matinée. »

Là, nous sommes sur une piste moche, il commence à pleuvoir, j’ai mal au bide, je trottine tant bien que mal … On est au premier jour… aux premiers kilomètres… ça promet…

Enfin, on commence la descente, le gingembre fait effet (la digestion aussi 😉 ). Je reprends du poil de la bête et le paysage est magnifique !


L’orage nous tourne autour depuis le matin, et il finit par nous rattraper à 2 km de l’arrivée !

Mais bon, l’eau est presque agréable 😉 On arrive au gîte 30 minutes après les Vttistes.

Relive ‘Mont ventoux J1…’

Une fois changé et habillé, direction la cave à vin pour faire une petite dégustation 😉

Jour 2 … (bientôt 🙂 )